Actualités du blog

mercredi 21 janvier 2015



                In a brilliantly styled article – « Among the Disrupted”  Wieseltier names our times “posthumanist”, and offers diagnosis, prescription and prognosis for a culture in which “streets of American cities are haunted by the ghosts of bookstores and record stores, which have been destroyed by…thugs…of the culture industry.”  [ ]  “Where wisdom once was, quantification will now  be”, he observes.   And abjures us in conclusion:  “Never mind the platforms.  Our solemn responsibility is for the substance.”

                I would like to analyze the substance of his claims.  

                His fundamental argument is that process and its intellection have replaced a “humanism” which once offered choice, wisdom and humanity.   Economics trumps all; and newspapers, journals and magazines follow bookstores to the grave.    A twittered “cacophony of one liners and promotional announcements” define the culture.   And, if it can’t be measured, it can’t be known, judged, or used.  Knowledge is no longer distinct from data.   Machines will achieve – are achieving—human complexity and uniqueness of humans will end in the “Singularity” – the point at which machines pass human intelligence.  [ ]   His point is neatly illustrated by the following from Reuters:

In the escalating battle of big data vs. human experts, score another win for numbers.

The most accurate predictions of which movies the U.S. Library of Congress will deem "culturally, historically, or aesthetically significant" are not the views of critics or fans but a simple algorithm applied to a database, according to a study published on [January 19, 2015].

 [ ]

                Wieseltier offers his “gloomy inventory” “for the purpose of proposing an accurate name for our moment.”    But the name “posthumanism” is not the substance – in fact, it is a diversion from the substance I wish to consider.   Wieseltier offers, substantively, a set of conditions necessitating the preservation of humanism – defined for our purposes as judgment independent of computation.   There are “first principles.”   Every “culture,” religious as well as secular, contains contradictions among its first principles.  Every philosophy is, even if purportedly universal, a “particularism” which can only be situated, analyzed, verified in a context larger than itself.  Wieseltier refers to Borges’ “universal library” (=the internet?) in which all knowledge, each published work, will repose and be instantly available.   And algorithmically analyzable, as we learn – or do we?—from Reuters.   For Wieseltier, “universal accessibility” is only the beginning:  “The humanistic methods which were practiced before digitization will be even more urgent after digitization, because we will need help in navigating the unprecedented welter.  Searches for keywords will not provide contexts for keywords.  Patterns that are revealed by searches will not identify their own causes and reasons.  The new order will not relieve us of the old burdens, and the old pleasures, or erudition and interpretation.”

                But the unanalyzed term here is not the data, but the “us”.    Long ago – in 2000!—a famous computer scientist asked in Wired magazine if “we” were necessary.   []   In his extraordinary and famous article (“Why the Future Doesn’t Need Us”), Bill Joy asserted that machines would become more and more dominant as social decision makers.  For starters, he cites the “Unabomer”/murderer, Ted Kaczynski:   “Eventually a stage may be reached at which the decisions necessary to keep the system running will be so complex that human beings will be incapable of making them intelligently. At that stage the machines will be in effective control. People won't be able to just turn the machines off, because they will be so dependent on them that turning them off would amount to suicide.”    And:  “These engineered human beings may be happy in such a society, but they will most certainly not be free.”  [ Ibid., quoted from Ray Kurzweil’s The Age of Spiritual Machines.] 

The thesis is that developments in genetic engineering, nanotechnology and robotics will enable development of creatures/machines having greater than human intelligence and judgmental capacities and that such creations will, in addition, be able to replicate and modify themselves so as to evolve without human control, including in directions which are destructive of human life and the planet Earth.  

One aspect of this development is the implantation of various devices into human bodies.  The human-technological interface promises new, utopic powers.   “But if we are downloaded into our technology, what are the chances that we will thereafter be ourselves or even human?”   He further notes that weapons of biological, nano technological robotic weapons of mass destruction can be developed, and developed outside large governmental programs which otherwise might limit their distribution.   Responding the possible consequences of knowledge based weapons of mass destruction, he asks if we can survive our own collective consequences:

I believe that we all wish our course could be determined by our collective values, ethics, and morals. If we had gained more collective wisdom over the past few thousand years, then a dialogue to this end would be more practical, and the incredible powers we are about to unleash would not be nearly so troubling.

I say “he asks” because his belief seems more a question than an answer.  His conclusion:

Each of us has our precious things, and as we care for them we locate the essence of our humanity. In the end, it is because of our great capacity for caring that I remain optimistic we will confront the dangerous issues now before us.

This dramatic phrasing fills the blank in Wieseltier’s diagnosis.   That diagnosis is partial but essentially correct.   He sees the imposition of data governance as a dehumanization, requiring a “humanistic” response.   He feels, but does not define, the loneliness of the “posthumanist” environment.   His “solutions” – the retention/rehabilitation of “judgment”, “wisdom”, and other “values”, is no solution and has no substance, unless it can be based on an accurate science, such as Bill Joy’s diagnosis attempts to be.  Wieseltier does not address, and cannot address, questions such as the following:  what is the source of mathematical concepts such as pi and e?    He states:  “The character of our society cannot be determined by engineers.”   Ignoring the rhetoric, are they not also human?  

Wieseltier is arguing for the special capacity of the humanities, the need to preserve them as objects of study and, moreover, to acknowledge their special role in determining beauty, truth and humanitarian “values”.   This analysis is misplaced and must turn, instead, on our “precious things” – our “care” for them in which in which “we locate the essence of our humanity.”  Wieseltier and Bill Joy would agree that the “precious things” are endangered, and scientifically endangered.  But Wieseltier cannot exclude from his catalogue of humanistic elements the science, the data management, the economics and other “particularisms” or “universalisms” in order to regain our freedom from “the salience, even the tyranny of technology in individual and collective life.”  Perhaps a more modest goal is in order: can we use the humanities to describe the subjective, human gains and losses from technology?   Even if describing our own destruction, is a description of our “care” not relevant?   If the “humanities” are sourced to such a role, their “values”, “judgment” and “wisdom” will offer at least an explanation to the “Disrupted.”

Wieseltier’s style, or perhaps stylistics, deserve comment in another place.  Here, in Pennsylvania, in Millvale, on Grant Avenue, among the non-“Disrupted” are the Librairie “Les Idées”, a small bookstore, two blocks away from Attic Records, a world-renowned distributor of vinyl records; and four blocks away from Esther’s, a model train and hobby emporium.  It’s too bad the baseball memorabilia shop closed.   The terminally disrupted are not ghosts of their functions but of the people who frequented their locales.  







150.00 $ Achetez




Une bonne année à tous et à toutes !   Mais, c’est probablement l’année zéro de la librairie « Les Idées », au moins sous sa forme habituelle physique.  Un de nos amis a qualifié de « folle » l’existence d’une librairie francophone à Pittsburgh.  Du point de vue d’imiter « La Hune » il avait sans doute raison.  Mais, pour des livres d’occasion le business plan était différent : les loyers des appartements en haut pouvaient financer la librairie en bas.   En commençant avec un stock assez grand, en achetant par ci par là des livres (nouveaux, anciens, n’importe quel livre intéressant en fait), en proposant une collection bien choisie, on aurait pu se maintenir sans trop d'argent.   Mais, IL n’était pas prévu que la communauté francophone ne voulait pas traverser un pont, monter ou descendre une colline, pour – à moins qu’on leur proposait une fête, un cocktail dinatoire, etc.— explorer le terrain intellectuel dans les domaines suggérés.




C’est le problème universel des petites et moyennes librairies.   Le processus achat-vente des livres se passe sur le web ;  et, de plus en plus le produit même est électronique.   Donc, les librairies disparaissent, le « road kill » d’ores et déjà s’amoncèle sur les routes, Des routes traversées de plus en plus de grande vitesse.


La fonction capitale d’une librairie – de quelque genre qu’elle soit - est de donner la surprise heureuse de trouver un livre inespéré.   Roman inconnu d’un écrivain bien aimé ; sujet inconnu ; manière de voir différente.   Et la fonction du libraire est d’être un guide.   On pense à Lucien Herr, libraire ancien de la rue d’Ulm.   Notre devise collective : 


“Un livre, c’était un objet sacré, précieux, dont on découvrait d’abord l’existence    au sein d’une liste bibliographique, sur lequel on se renseignait, puis, le cas échéant, qu’on convoitait, dont  on écrivait les références sur un papier, qu’on allait chercher ou commander chez un libraire digne de ce nom.”

Eric-Emmanuel Schmitt,  « Les Mauvaises lectures » in La rêveuse d’Ostende, pp. 253-4.


Ces fonctions sont actuellement remplacées par les algorithmes amazoniques : « We thought you might like … »    Et, plus on recherche, plus ses solutions deviennent correctes.   Inutile de contester ni la puissance de l’algorithme ni la facilité de lire en utilisant les références hypertextuelles.  Nous les utilisons tous.  En voici une : au mois de février 2014 est paru cet article d’Olivier Frébourg dans Le Monde, « Nos librairies doivent résister au marché en ligne » :  


D’après cet article et bien d’autres, le problème en France est le même qu’ici (aux É-U) – disparition de la librairie sous sa forme concrète : un lieu où l’on viendrait pour trouver, pour choisir, pour examiner sous forme physique, des livres.   Même les grands distributeurs de produits culturels  (Borders, Virgin) n’ont pas réussi à combattre l’achat sur internet car il est plus facile, plus convenable, plus efficace.   De plus, il y a un grand choix d’achats : édition de luxe, d’occasion, kindle, etc.  Et même plus : en « achetant » un livre classique, n’oublions pas la  BNF, Google Books, ou d'autres sites où on peut trouver le texte voulu gratuitement sous forme électronique.   Je propose comme exemple un de mes livres favoris : « Two Years in the French West Indies » de  Lafcadio Hearn---que j’ai lu en forme papier avant de le trouver en ligne sur Google Books.   Emmanuel Mounier « Le personnalisme » : même résultat.   Et, si l’on veut lire Albert Camus, au lieu de l'acheter de ma sélection proposée (d’ailleurs assez grande), on pourrait chercher sur le site de l’Université de Québec à Chicoutimi : tout Camus est disponible en ligne gratuitement.  

[ ]

Je note que Harvard University Press vient d’offrir un choix des chroniques algériennes de Camus (en anglais).    Donc, le lecteur averti pourrait les obtenir (en français) chez nous, en librairie, ou de ces deux autres façons.

Cet article de l’éditeur Olivier Frébourg dans Le Monde sus-cité nous propose, de plus, la rubrique suivante : 

« La librairie, c'est l'esprit de la civilisation. Un espace où se confrontent des idées, où la conversation, l'amabilité, la dispute aussi permettent de s'élever. C'est pourquoi le livre recouvre un enjeu politique. Il est du devoir des élus de le remettre au cœur de la cité, même si un réel éprouvant et un virtuel envahissant nous en détournent. …

Quand des librairies disparaissent, l'intelligence, la curiosité, la démocratie des idées se fanent. … »

Oh my goodness!  Say it isn’t so!

« L'usage de la librairie devrait être enseigné sans relâche à l'école, au collège et au lycée. Une autre solution possible – qui ne coûterait pas un centime au contribuable – serait d'obliger les télévisions du service public, notamment France 2 et France 3, à parler davantage des livres à toute heure. »


Disait autrefois le New Yorker, « There will always be an England. »   On peut ajouter, « There will always be a France. »   D’abord la loi Lang : les prix des livres sont contrôlés.   Escompte maximum : 5%.   Puis, la chaîne France Culture met en ligne des podcasts sur les livres, les éditions, les auteurs, la lecture, etc.  (Je signale, par exemple, les podcasts suivants: « Répliques », « Les nouveaux chemins », « La librairie francophone », « Une vie une œuvre. »)  Le même article se plaint du fait que : « Pourquoi le 11 août dernier, au journal télévisé de 20 heures sur France 2, la disparition de l'écrivain Simon Leys, l'une des consciences intellectuelles les plus lucides de notre temps, n'a-t-elle pas été évoquée ? »   Diable !   Avoir oublié mentionner la mort de Simon Leys, un si grand homme ...  

Vu de ce côté de l’Atlantique, ce n’est que ridicule, ces propos que le gouvernement central prend contrôle de la direction culturelle.    A-t-on entendu parler de la liberté d’expression, des idées mêmes ?  En tout cas, la chaîne « France Culture » fait un travail énorme dans ce domaine.

Bien que je n’arrive pas à comprendre un tel dirigisme à la française, je partage les craintes de cet article.   C’est pourquoi le nom : La Librairie « Les Idées. »   Dès le début, j’ai essayé de mettre en place une librairie d’occasion telle qu’on pourrait en trouver en France et au Québec.  (Et « vive le Québec librairial. »)  Les prix des livres français nouveaux sont inabordables, donc il faut attendre quelque temps pour qu’une Suite française soit en Folio, ou disponible en occasion ; puis l’acheter, ajouter un « markup » quelconque, le mettre sur les rayons et attendre….   Quand même, de cette façon on pourrait établir un choix intéressant, par exemple Louise de Vilmorin (j’ai beaucoup de ses textes), Bernard Duteurtre, Françoise Sagan, Victor Segalen (y compris son Pierre Leys), Pierre Senges – inconnu aux États-Unis.  Mais pour quels lecteurs ?   Les personnes agées (comme moi-même) qui aiment se souvenir de Simon Leys et qui voudraient s’entourer de ses livres ?  

Le but : proposer un choix de livres tel que chaque livre est au niveau d’un Simon Leys, bien que je n’ai rien de lui.   Et, n’ayant pas de Simon Leys, avoir des textes d’un intérêt égal tels les voyages indochinois de Lucien Bodard, Roland Dorgelès, Léon Werth, ou les romans de Marguerite Duras.   L’atmosphère : imiter la Hune, le Divan….  On devrait pouvoir choisir un livre à l’aveugle, en jouant « blind man’s bluff » sans peur, sans risque d’en trouver illisible, sot.

Mais voilà : ce n’est ni le gouvernement, ni France 2, ni PRI, qui va sauver et la lecture et « Les Idées ».   Il faut l’accepter : s’informer, lire, faire ses études, apprendre quoi que ce soit, c’est de plus en plus un jeu électronique.   Et qui pourrait dire à quelle longueur il faut lire Proust pour bien s’imprégner  de son style ?   Et sur quel papier, quel écran, et avec ou non  hyperliens vers des textes, vers des photos pertinentes de Venise, de Delft, vers de la musique de Reynaldo Hahn, vers des analyses critiques ou philosophiques ; ou, revenant de cette sieste littéraire, sous quelles formes sont la mémoire, le legs d’un auteur, ou même l'idée que nous aurons d’un auteur dans 20 ans ?

C’est dans ce sens que l’année 2015 ne sera pas l’année zéro de la lecture, mais, si rien ne change,  ce sera certainement l’année « point final » pour la librairie « Les Idées » sous sa forme physique.   La suite, s’il y en a une, serait en ligne.




150.00 $ Achetez

samedi 20 décembre 2014

LES FLEURS ANIMÉES (éd. de 1867) de J.J.Grandville

Grandville BindingGrandville B&W TableGrandville Illustration with Insects

Lire la suite...

LES FLEURS ANIMÉES (éd. de 1867) de J.J. Grandville.

LES FLEURS ANIMÉES (éd. de 1867) de J.J. Grandville.

1 300.00 $ Achetez

mardi 23 septembre 2014

Le Snobisme -- Mode d'utilisation


Lire la suite...

Le paquet snob

Le paquet snob

150.00 $ Achetez

mardi 24 juin 2014


Blacker Tendencies of Storms is a new book of poetry+photograpy by Peter Beaman (the poems) and Lisa Occhipinti (photographs), set in a beautiful fan shape which is stunning to read and regard.   The poetry side of the "fan" includes photographic images complementary to the poems; the the outside of the fan is a magnificent cloud formation image in deep blue.   Peter Beaman is the libraire of the Librairie " LES IDEES', as well as the author of another artists book, the widely exhibited Deck of Cards (also en librairie :  $60).   Lisa Occhipinti is a well-known West Coast artist and author, some of whose work involves turning books into art objects.  Her book, The Repurposed Library, is about transforming old books into new, artistic objects.  Published by Abrams and available wherever books are sold.  Her website is:   

Further description of Blacker Tendencies of Storms is set out below.   This image when scrolled provides a good view of some of the poems and photographs, as well as an idea of how the book "works."   Blacker Tendencies of Storms can be ordered from our website:  go to:, or directly to the Products/English books section of this webpage.

Price is $45/copy + 5. shipping ($5 within the U.S. for up to two copies; for international and larger orders shipping cost will be determined).


Lire la suite...

- page 1 de 4